Mahābhārata Livre 3 - Vāna Parva
Histoire de Nala et Damayantī
Section LVII   Au nom de la vérité

Ensuite, à l'heure sacrée du saint jour éclairé par la lune de cette saison de bon augure, le roi Bhīma convoqua les rois au svayamvara. En entendant parler, tous les rois de la terre frappés d'amour accoururent, désirant Damayantī. Ces monarques entrèrent dans l'amphithéâtre au haut portail en forme d'arche et décoré de piliers d'or, comme de puissants lions pénétrant dans un lieu retiré des montagnes (une grotte). Ces seigneurs de la terre, portant des guirlandes parfumées et des anneaux d'oreilles polis décorés de joyaux, prirent chacun un siège. Cette assemblée sacrée de rois comptant parmi eux les tigres du genre humain ressemblait à Bhogavati grouillante de nāgas et à l'antre caverneux de tigres des montagnes. Leurs bras étaient robustes comme des masses de fer, bien formés et gracieux, comme des serpents à cinq têtes. Dotés de belles chevelures, nez, yeux et sourcils bien faits, leurs visages resplendissaient comme les étoiles au firmament. Damayantī à la face sublime entra dans le hall, dérobant les yeux et le cœur de ces princes par son éclat éblouissant. Les regards de tous ces illustres rois étaient rivés sur les parties de son anatomie où ils s'étaient portés en premier sans pouvoir s'en détacher. Quand, O Bhārata, le nom de chacun des monarques fut annoncé, la fille de Bhīma vit cinq personnes toutes identiques en apparence (parmi les autres qui n'attiraient pas son attention). Le doute emplit son esprit en les voyant assis là sans aucune différence d'aucune sorte, car elle ne pouvait dire lequel d'entre les cinq était le roi Nala. Quel que soit celui sur lequel elle portait les yeux, il lui semblait que c'était le roi des Nishadhas. Emplie d'anxiété, cette beauté sublime pensa: "Oh, comment vais-je distinguer les dieux et le roi Nala?" Se souvenant de ce qu'elle avait entendu dire des marques distinctives de chaque dieu, elle pensa aussi: " Aucun de ces dieux ici présents sur la terre ne présente les attributs des hôtes célestes dont m'ont parlé les anciens." Retournant ce problème dans tous les sens dans sa tête à plusieurs reprises, elle décida de s'en remettre aux dieux eux-mêmes et demander leur protection. Se prosternant devant eux par la pensée et aussi de vive voix avec les mains jointes, elle leur dit en tremblant: "Depuis que j'ai entendu les paroles des cygnes, j'ai choisi le roi des Nishadhas comme mon seigneur. Par amour de la vérité, O que les dieux me le révèlent. Comme ni par la pensée ni par la parole je ne me suis écartée de lui, O que les dieux, pour le maintien de la vérité, me révèlent lequel il est. Comme c'est pour rendre hommage à Nala que j'ai adopté ce vœu, pour le maintien de la vérité, O qu'ils me le révèlent. O que les très hauts gardiens de ces mondes prennent l'aspect qui leur est propre pour que je sache lequel est le vrai roi." En entendant ces implorations de Damayantī affirmant sa résolution et son amour fervent pour le roi des Nishadhas, la pureté de son cœur et son inclination, son respect et son affection pour Nala, les dieux firent comme il leur était adjuré et affichèrent leurs attributs respectifs autant qu'ils le pouvaient. Dès lors, elle vit que les dieux ne présentaient pas de perles de sueur, ne cillaient pas des yeux, que leurs guirlandes ne se fanaient pas, qu'ils n'étaient pas souillés par la poussière et qu'ils ne touchaient pas le sol. La position de Naishadha se trahissait par son ombre, ses guirlandes qui se fanaient, la souillure de la poussière et de la sueur, ses pieds touchant le sol et ses clignements d'yeux. O Bhārata, capable de distinguer le vertueux Nala des dieux, la fille de Bhīma choisit Naishadha en accord avec sa vérité. La demoiselle aux larges yeux saisit timidement l'ourlet de son habit et plaça autour de son cou une guirlande de fleurs de grâce exquise. Quand cette jeune fille au teint clair eut ainsi choisi Nala pour mari, les rois rompirent le silence par des exclamations de "Oh!" et "Hélas!" Et les dieux et grand rishis émerveillés, s'écriant "Bravo!", "Excellent!", applaudirent les rois dans la foulée. Puis, O Kauravya, le fils royal de Vīrasena, avec le cœur empli de joie, réconforta la sublime Damayantī en lui disant: "Puisque, O sois-tu bénie, tu as choisi un mortel parmi les immortels, vois en moi un mari toujours obéissant à tes injonctions. O toi au doux sourire, je te le dis en vérité, aussi longtemps qu'il y aura de la vie en ce corps, je resterai à toi et toi seulement." Damayantī aussi présenta ses hommages à Nala avec les mains jointes avec des mots de poids similaire. L'heureux couple, en regardant Agni et les autres dieux, demandèrent leur protection mentalement. Puis après que la fille de Bhīma eut choisi Naishadha pour mari, les très radieux lokapalas accordèrent à Nala huit vœux avec le cœur joyeux. (Radieux est utilisé ici au sens propre de lumineux, à la grande aura.) Shakra, le seigneur de Shachī, accorda à Nala la grâce qu'il pourrait contempler sa divinité lorsqu'il offrirait des sacrifices et qu'il atteindrait les régions bénies après la mort. Hutāshana lui accorda la grâce de sa présence chaque fois que Naishadha le désirerait et qu'il atteindrait des régions aussi brillantes que lui-même. Yama lui accorda un goût raffiné pour la nourriture et une vertu supérieure. Le seigneur des eaux fit la grâce à Nala de sa propre présence chaque fois qu'il le désirait, ainsi que de guirlandes de fleurs au parfum céleste. Ainsi chacun d'eux le gratifia de deux dons, puis ils retournèrent aux cieux. Les rois aussi, ayant assisté avec émerveillement au choix de Nala par Damayantī, retournèrent enchantés là d'où ils étaient venus. Lors de leur départ, Bhīma à la grande âme, célébra avec satisfaction le mariage de Nala et de Damayantī. Puis Naishada, le meilleur des hommes, lorsqu'il eu séjourné en cet endroit le temps qu'il désirait, rentra dans sa cité avec la permission de Bhīma. Le vertueux roi Nala, ayant accédé à cette perle des femmes, O monarque, commença à jouir de ses journées comme le vainqueur de Vala et Vritra en compagnie de Shachī. Semblable au soleil dans sa splendeur, le roi rempli de joie régna sur ses sujets avec rectitude et leur donna grande satisfaction. Tout comme Yayāti, le fils de Nāhusha, cet intelligent monarque célébra le sacrifice du cheval et bien d'autres au cours desquels il fit des dons abondants aux brahmins. Tel un dieu, Nala prit du plaisir avec Damyantī dans les bois romantiques et vergers. Ce roi à l'esprit éclairé eut de Damayantī un fils du nom d'Indrasena et une fille du même nom. Il gouverna la terre abondant en richesses en célébrant des sacrifices et en prenant du plaisir.